Rouge-gorge

Le Rougegorge familier se présente comme un petit oiseau rondelet, avec des ailes relativement courtes atteignant péniblement le milieu de la queue. L’adulte est aisément reconnaissable à la couleur orangée qui envahit tout le devant du corps, front, lores, côtés de la tête, cou et poitrine. Cette grande zone orange est bordée d’un bandeau gris clair peu visible sur le haut du front et sur les côtés du cou et de la poitrine. Le reste du dessous est blanc sale lavé de roussâtre sur les flancs. Les parties supérieures sont d’un brun nuancé d’olive, assez sombre. Le croupion et les sus-caudales sont d’un brun un peu plus chaud. Les rémiges sont ourlées de chamois, ce qui éclaircit un peu l’aile fermée sur laquelle se détache les couvertures primaires plus sombres. L’oeil est sombre. Le bec fin, court et droit est brun foncé, avec la base un peu plus claire. Les pattes sont rougâtres ou brunâtres suivant la lumière, quelquefois rosées.
Le juvénile a une silhouette semblable à celle de l’adulte, mais un aspect très différent. La couleur orange est absente. L’ensemble du corps est brun, largement moucheté de chamois roussâtre comme c’est la règle chez les muscicapidés. Le futur plastron orange transparaît néanmoins déjà car à ce niveau les plumes sont plus rousses qu’ailleurs. Néanmoins, il faudra attendre la mue post-juvénile pour voir apparaître les premières plumes orangées. Sur l’aile fermée se distingue nettement une barre rousse formée par les pointes des grandes couvertures ainsi colorées. Ce caractère persistera après la première mue et permettra l’année suivante de savoir qu’on a à faire à un oiseau de deuxième année. Autrement, les premières semaines, la commissure buccale jaune est bien visible. (Source oiseaux.net)